Bricoleur sur un toit.

Le bricolage, une activité toujours appréciée en France

Décidément, le bricolage a la cote auprès des Françaises et des Français. Un sondage OpinionWay, demandé par la Fédération des magasins de bricolage, établit les désidératas des petits et grands bricoleurs en Hexagone en 2017. Le secteur est toujours en croissance, et les motivations qui poussent à bricoler tiennent cette année encore de l’activité de loisir.

Bricoleur sur un toit.

https://www.flickr.com/photos/78428166@N00/

Portrait du bricolage en France

L’année passée, la tendance observée depuis quelques temps déjà s’est confirmée : on bricole avec plaisir plus que par obligation. Mais cela ne signifie pas qu’on fasse ça par-dessus le coude, non : on s’applique. Avec un ou deux projets de bricolage par an pour la majorité des Français (seuls 14% disent en avoir plus de cinq par an, les ambitieux), on s’y met tout de même au moins une fois par mois, voire une fois par semaine pour 23% d’entre nous.

Il ne faut pas voir ce temps passé à rénover les volets comme perdu. Il faut déjà prendre en compte le niveau des amateurs : à peine 23% des sondés estiment être de bons bricoleurs, le reste varie entre « pas du tout bricoleur » (8%) et « capable d’apprendre » (32%). D’ailleurs, quand on leur demande ce qu’elles pensent de leur session bricolage, les personnes interrogées affirment qu’elles sont prêtes à y passer du temps plutôt qu’elles trouvent ça chronophage. Il faut dire aussi que 57% d’entre elles trouvent que bricoler est un plaisir plutôt qu’une corvée. Dans ces circonstances, cela devient évident d’y passer du temps.

Mais pourquoi bricole-t-on ?

Trouver du plaisir à bricoler, que c’est déstressant et, pourquoi pas, en profiter pour passer du temps en famille ou entre amis, ce sont des plus à l’activité elle-même. Les raisons qui poussent les unes et les autres à attraper leur caisse à outils, elles, sont plus concrètes.

93% des sondés pensent que sortir le marteau rendra leur logement plus confortable, et ils sont autant à faire cela pour embellir leur foyer. Pour 89% des personnes soumises au questionnaire, bricoler leur permettra d’économiser quelques deniers, principalement en évitant de faire appel à un artisan ou pour des projets sur mesures qui coûteraient trop cher si l’on faisait appel à un professionnel.

Tout cela se confirme avec d’autres données révélées par ce sondage : les bricoleuses et bricoleurs sont des pros de l’organisation de projet.

Une étude de projet de A à Z

La tendance qui se vérifie aussi cette année, c’est le fait que, quel que soit l’endroit où l’on achète au final ses produits, on recherche par tous les moyens à monter son projet comme un pro : 92% des acheteurs bricoleurs se sont renseignés avant de passer à la caisse. Cette recherche minutieuse et parfois très longue consiste avant tout à demander au vendeur présent dans le rayon (49%), puis à consulter les sites spécialisés et les forums d’avis sur internet (47%) et 14% vont jusqu’à demander directement à des artisans la meilleure façon de procéder.

Niveau satisfaction des renseignements pris, il semble qu’il vaille mieux demander aux artisans ou compulser des revues spécialisées, qui obtiennent 97% de satisfaction, et se passer des avis sur les réseaux sociaux qui ne récoltent que 88% de satisfaction.

Internet est encore loin d’être le canal d’achat majoritaire pour le bricolage, à voir les freins notés lors de ce sondage : on ne peut pas essayer le produit, on ne peut ni le voir ni le toucher, le renvoi est compliqué. Pourtant, c’est devenu la source principale d’inspirations en particulier pour la dimension décorative du bricolage. C’est aussi une source de renseignements techniques avec les tutoriels en vidéo qui n’ont rien à envier aux notices de montage.

Vous reconnaissez-vous dans les réponses des personnes interrogées sur le bricolage ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam